Partenariat

Visuel clé-2017.png

Bonjour à tous !

Bienvenue sur cet article un petit peu spécial, où je vais parler du prochain « Concours 48H » des Editions Edilivre. Ainsi, pour la cinquième année consécutive, Edilivre renouvelle son concours de nouvelles gratuit et ouvert à tous : « 48h pour écrire ». Ce concours est organisé en collaboration avec Idéecadeau.fr, Clairefontaine, Exploratology et L’Étoile des Gourmets ainsi de nombreux lots sont à gagner. Pour participer, c’est très simple ! Il vous suffit de vous connecter sur le site www.edilivre.com le vendredi 22 septembre à 19h pour connaître le thème de cette nouvelle édition. Vous aurez alors 48 heures pour rédiger et envoyer votre nouvelle. 

Sans oublier bien sur les différents prix, que vous pouvez trouver ici : Concours 48H . Je vous conseille vraiment d’y participer, même si c’est juste pour vous donner un défi ou vraiment par envie de gagner ^^ Je vous y attend nombreux !

Publicités

Prologue à « Mon Cousin l’Avait Prédit »

cover-215.jpg

 

 

Auteur : Léonard Aigoin

Genre : Nouvelle

Auto-Edition

 

 

 

 

Résumé :

8 nouvelles indépendantes dont les réponses seront données dans le roman « Mon Cousin l’Avait Prédit ».

 

Chronique :

Huit nouvelles, 204 pages, ça fait beaucoup, presque un recueil. Pourtant, ce ne sont que les prémices d’un plus gros romans à venir. Les nouvelles sont très bien écrites, dans un style très fluide. Le vocabulaire est varié, les histoires s’enchaînent selon des thèmes différents et parfois très drôle. Je ne peux pas en parler plus en détail sans spoiler, donc je ne le ferais pas. Il reste des questions, dont nous n’auront les réponses que bien plus tard. Mais l’auteur nous entraîne dans son monde, avec son style.

Des histoires qui nous laissent imaginer tellement de choses… Il n’y a aucune limite pour l’interprétation et je pense que l’auteur en joue énormément. C’est agréable de pouvoir imaginer à loisir ce que l’on veut car les réponses ne nous sont pas immédiatement données. On joue avec l’auteur, on rentre dans sa danse, on se laisse porter et on découvre tellement de belles choses… J’en suis encore chamboulée ! Je vous suggère d’aller y jeter un oeil, parce que moi j’attends la sortie du prochain !

Yggdrasil

51G8L-9PYUL._SY346_

Auteur : Myriam Caillonneau

Auto-Edition

Genre : Fantasy

Prix : 16 euros (broché)

 

 

 

Résumé :

Une dictature religieuse et militaire règne sur la galaxie. L’armée sainte, fanatiquement dévouée à la cause de celui qui se fait appeler Dieu, élimine impitoyablement ceux qui refusent de suivre les préceptes de la religion. Pourtant, les hérétiques propagent les paroles d’une prophétie annonçant qu’un Espoir va se lever et libérer l’univers.

Tourmentée par de terribles cauchemars prémonitoires, Nayla Kaertan arrivera-t-elle à échapper à l’inquisition qui traque sans relâche ceux qui, comme elle, ont des dons étranges. Doit-elle craindre son supérieur, un homme mystérieux, qui semble posséder des pouvoirs surnaturels ?
Aura-t-elle la force d’affronter son destin ?

 

Chronique :

Le Fantasy est mon deuxième genre favoris, donc lire un roman issu de ce genre ne peut me faire que plaisir ! Qui plus est, le personnage de Nayla (commençons avec les personnages tient !) est très bien construit. Elle a une backstory des plus intéressantes (enfin un CONTEXTE très intéressant) et qui nous permet de comprendre tous les choix qu’elle fait pendant l’histoire. Ses sentiments sont bien développés malgré une écriture à la troisième personne qui ne nous permet pas de rentrer dans sa tête. L’auteur en fait un personnage à la fois fort et touchant, ce qui est vraiment important et intéressant. Je me suis très vite attachée à Nayla et je pense que beaucoup de lecteurs peuvent en dire de même.

Le contexte justement. Nouveau mode de vie, nouvelle « planète » ou en tout cas, une très différente de la nôtre. Pourtant, le thème introduit dans l’histoire, cette guerre de religion, c’est quelque chose que nous vivons aussi, tous les jours. Pas de manière aussi brutale certes, mais tout de même. C’est aussi pour ça que l’histoire a été un véritable coup de coeur, le premier du mois de juillet. Parce que justement, malgré la plume de l’auteur qui nous fait voyager et qui nous transporte dans une nouvelle galaxie, le thème apporté rend l’histoire presque réelle et cela nous fait réfléchir sur nos actions et nos opinions. C’est quelque chose de vraiment très fort.

Ce n’est que le premier tome d’une trilogie, donc les personnages vont encore évoluer. Je n’ai pas parlé des autres ni même d’Yggdrasil, mais c’est pour ne pas vous spoiler et vous laisser apprécier tous les « twists » de l’histoire et toutes les révélations qui parsèment ce superbe récit. Je vous recommande vivement d’acheter le roman, vous feriez une faveur à une auteur douée et auto-éditée !

 

Extraction – La Naissance

extraction T1

Auteur : Tony Perraut

Genre : Thriller

Prix : 19 euros (en broché)

Auto-Edition

Nombre de Pages : 297

 

 

Résumé :

Je suis Ugo, j’ai 25 ans. Un soir, je me suis réveillé. Je n’étais pas chez moi, j’étais chez eux. Une pièce de seulement cinq mètres carrés pour vivre, des envies de mourir. Ils me surveillent. Un soir, je gratte le mur, de longues heures. J’entends des bruits ! Ils sont là. Un trou apparaît. Eux, c’est elle. Scarlett, ma soeur. Rien n’est normal, tout est incontrôlable. La drogue, ils nous droguent. Des rêves hallucinatoires… Célia, mon amour, tu es morte il y a des mois. Je vais découvrir que nous avions une petite. Tu vas réapparaître, disparaître. Nous allons devoir sortir si nous ne voulons pas mourir. Mais avant ça, je vais devoir revivre mon passé. Je t’en supplie, aide-moi.

 

Chronique :

Encore une belle découverte ! Certes, les « thrillers » ne sont pas forcément les romans que je lis le plus, mais quand j’en trouve un bon, il m’est impossible de le lâcher ! Entre révélations, suspens, folie et émotions, ce roman nous emporte dans le monde étrange d’Ugo. Un jeune homme visiblement très tourmenté qui se réveille du jour au lendemain dans une pièce qu’il ne connaît pas. Chaque chapitre est sous forme de décompte (les fameux J-xx) est cela ajoute au suspens je trouve. On ne sait pas ce que chaque jour renferme, on apprend cela en même temps qu’Ugo, on devient presque fou avec lui ! J’ai adoré les citations parsemées dans tous le roman, qui donne un côté plus « léger » et poétique au thriller.

Sinon, niveau personnage. J’ai adoré Ugo. C’est normal, c’est le personnage principal me direz-vous. Oui, mais pas seulement. Il est particulièrement touchant parce qu’il a vécu beaucoup de choses difficiles qui remontent doucement à la surface, jour après jour, l’entraînant dans une sorte de spirale de folie. Et nous, les lecteurs, on coule avec lui, on tente de nager, on se noie et on termine le roman avec le coeur qui bat et les larmes au coin des yeux. En tout cas, moi je l’ai terminé comme ça. Chaque nouvelles révélations m’a surprise, je n’arrivais pas à les voir venir, comme dans certains romans. On devient complètement fou, presque à la place d’Ugo ! On attend la prochaine révélation, on a envie de finir ce roman pour avoir le dénouement, sans vraiment vouloir le terminer parce que l’on est bien dedans.

Les descriptions sont magnifiques. Il n’y a pas trop de dialogues, ni trop d’actions ou de descriptions. Tout le roman est un savant mélange de bon dosage, suspens et révélations. L’intrigue n’est pas tirée par les cheveux, loin de là. Elle est intelligemment construite, assez complexe mais compréhensible. On nous plonge dans un véritable voyage dans le sub-conscient d’Ugo.

J’ai découvert un véritable coup de coeur, le mois de juin est un sacré bon mois ! Je vous conseille d’y jeter un coup d’oeil. Voir même d’acheter le roman !

Liens d’achat : Amazon

 

Quêtes, d’ombre et de lumière

41M3vbYMhOL._SY346_

Auteur : Sélène Derose

Genre : Recueil de Contes

Auto-Edité

Prix : 0,99 (Epub – Amazon)

 

 

Résumé :

Histoires de toutes sortes, empreintes de mystère, naissent et s’assemblent dans « Les Récits Sélénites ».
Dans « Quêtes, d’ombre et de lumière », partez loin, plongez dans un univers onirique, voyagez dans la brume, découvrez des êtres peu communs, faites des rencontres inattendues. Laissez-vous emporter au gré de ce recueil de contes qui explore la recherche de sens et le changement, voulus ou non, dans une ambiance fantastique, poétique, métaphorique.

 

Chronique :

Le recueil est composé de plusieurs nouvelles qui gravitent donc autour du même thèmes. Je vais donc en parler de manière globale pour éviter de vous spoiler sur l’ensemble du recueil. Mais n’oubliez pas que ces auteurs auto-édités méritent votre plus grand soutien et qu’acheter ce recueil pour le lire fera une heureuse et permettra à d’autres auteurs et lecteurs de naître ! Redressons un peu le portrait de « non-lecteur » qu’à la France !

La plume de l’auteur est fluide, agréable à lire et très bien construite. Chaque métaphore, chaque petite phrase est retravaillée et cela se sent, donnant à chaque nouvelle une autre sens, plus général et en même temps presque personnel. J’ai été subjuguée par chaque d’elles, n’arrêtant ma lecture qu’à la fin du recueil afin d’être sûre d’avoir tout fini. Et j’en voulais plus ! Tout s’enchaîne avec cohérence, sans jamais sortir du schéma narratif. Les messages que l’auteur fait passer sont clairs et instructifs. La première nouvelle est de loin ma favorite, parce qu’elle est touchante et belle. Cependant, j’ai aimé lire l’ensemble et cela me laisse une très bonne impression.

La plus touchante est la dernière, qui m’a pratiquement émue aux larmes. Chaque nouvelle comporte une chanson ou un poème, ce que j’ai trouvé vraiment génial. C’est une sorte de leitmotiv qui revient et qui les lient toutes entre-elles. C’est un superbe recueil que j’ai adoré chroniquer et je suis ravie que l’auteur m’ai fait confiance pour cela. Je m’excuse un milliard de fois pour le retard .

Planète Verte

 

planèteverte

Auteur : Marcus Hönig

Auto-Edité

Genre : Contemporain

Prix : 11, 61 (broché)

 

 

Résumé : 

Planète Verte est le projet impossible porté par la Présidente de la République d’extrême droite Marion Seillard pour sauver le pays.
C’est le début du naufrage politique moderne.
Une aventure qui se joue dans l’amitié, l’amour, la naïveté et la joie d’être ensemble.
Un roman court à l’issue imprévisible, comme le monde complexe dans lequel nous vivons.

Seul avec son petit garçon, l’existence du jeune papa Marco tourne en rond.
Un courrier de la banque va le projeter dans les bras de la vie où l’attendent ces plus beaux rêves et ses pires cauchemars. A ses côtés, Tania, douce et riante dans sa robe d’été, la petite Louise, Tomate, le cadeau d’anniversaire, et le Chef, patron à la dérive. Ils connaîtront, ensemble, un itinéraire des plus déjantés.
Mais la vision dans l’abîme de l’humanité ne leur sera pas épargnée.
Qu’est-ce qui arrêtera la belle Marion Seillard (personnage inspiré par l’actuelle benjamine de l’Assemblée nationale) ?
Le roman est une projection dans l’avenir proche. L’extrême droite est au pouvoir en France depuis une décennie, les crises internationales sont plus vives que jamais, le climat est devenu une menace pour l’indépendance alimentaire du pays, la banque prospère sur le désordre.
Pourvu que l’histoire ne décide pas, à la fin, d’être comme le pouvoir : quelquefois tragiquement bête.

 

Chronique : 

Je suis très loin des sentiers battus aujourd’hui, puisque c’est un roman « politique » que j’analyse aujourd’hui. Même si, à mon âge, la politique, « heu…. » hein ? J’avoue que j’étais assez dubitative face à ce nouveau challenge, mais vu que j’adore les défis, je l’ai lu. D’une seule traite, sans le lâcher, pour rester dans le rythme. Et ça n’a pas été vraiment difficile… La plume de l’auteur nous emporte avec son texte et je n’ai pas vu le temps passer ! Un roman qui se passe à notre époque, dans notre monde, sans l’embellir ni le rendre moche. Un portrait de nous-même… et une projection dans le futur aussi. Mais on suit parfaitement l’histoire de Marco et Tania.

J’ai bien aimé les personnages dès le début, Marco et Gwen. Ils ont côtés attachants, très terre-à-terre, j’avais l’impression d’être moi-même Gwen et pourtant, il est fictif et moi pas. C’est important pour un lecteur d’être investi avec le personnage et c’est réussi dans ce roman ! Bon, vu que Gwen est un enfant et moi pas, il y a une différence ! Mais cela prouve encore une fois la force de la plume de l’auteur : elle parvient à nous rappeler des souvenirs d’enfance ! Mon personnage préféré est sûrement Marco tout de même, par son côté « Monsieur tout le monde » justement. Il se nomme Marco, mais il aurait pu être n’importe qui et l’histoire marchait aussi !

Franchement, ce n’est pas forcément un roman pour un très jeune public. Mais même moi, à dix-huit ans, j’ai réussi à le lire sans aucune peine ! L’histoire est fluide, agréable, pleine de rebondissements et de petits passages drôles. Une vraie bulle de bonne humeur, à lire d’urgence 😀 !

Voyage au pays de l’envie

bm_27041_aj_m_8831

Auteur : Frédérique Marcou

Auto-Edition

Genre : Nouvelle

 

 

 

Résumé : 

Ce livre est un recueil de cinq nouvelles fantastiques teintées de science-fiction. Il se veut ancré dans la réalité tout en laissant une large place à l’imagination et à l’imaginaire.

Destiné à un large public, il sera certainement plus particulièrement apprécié des adolescents.

 

Chronique :

1 – Il ne vous reste plus qu’à signer. 

Humour, religion, réincarnation, voilà le thème de cette première nouvelle. La plume de l’auteur est fluide, agréable à lire et le soupçon d’humour présent dans la nouvelle la rend irrésistible. Nous y rencontrons un couple, les Hills, dont le fils est visiblement la réincarnation d’un auteur français. La nouvelle est légère, le style fluide et le vocabulaire riche et soutenu. Quoi de mieux pour se détendre autour d’un thé ou d’un café ?

2 – Damnation

Une nouvelle est un peu plus étrange, plus libre d’interprétation je suppose. L’histoire des Damnés qui poussent un chariot supportant l’Univers. J’avoue que dans celle-ci, le style est plus décousu. Sans doute voulu, afin de créer la confusion et laisser le lecteur imaginer ce qu’il veut, mais j’ai eu plus de mal à m’accrocher. Pourtant, le début et la fin de cette nouvelle sont superbement bien écrit et je « vois » le sens caché derrière tout cela, donc ce n’est pas non plus mal !

3 – Rêve Impromptu

Une autre nouvelle plus rythmée, avec un personnage à mon goût un peu trop naïf. Faire confiance à n’importe qui quand les gens de sa race sont persécutés, c’est se rendre de soi-même. Mais, il a un côté attachant, car on apprend à étudier la magie avec lui et du coup, on s’attache facilement au personnage. J’ai adoré le côté touchant de la nouvelle, avec l’idée qu’il voulait juste une vraie justice pour les mages et pouvoir être qui il est en paix, sans risque d’être enfermé et mourir. La fin de la nouvelle m’a émue, même si elle aurait tout aussi pu me faire rire devant sa naïveté.

4 – Homos Sapiens Sapiens Neandertalis

Ah, les sciences…. Pas mon domaine de prédilection. Cependant, les découvertes scientifiques, comme celle présentée dans cette nouvelle, j’adore en entendre parler. Tout simplement car elles façonnent l’Histoire, et qui à apprendre cette matière pour le bac, autant le faire correctement. Je trouve cette nouvelle particulièrement bien écrite parce qu’elle relate non seulement d’une découverte, mais aussi de la société. Société trop naïve, qui fait beaucoup trop confiance aux Hommes alors que n’importe quelle personne voulant juste tirer profit d’une découverte pareille peut le faire. Et la fin de la nouvelle nous fait bien prendre compte de tout cela.

5 – Une Autre Forme de Mort

Les nouvelles glauques ou sur la Mort sont en général mes favorites, parce que je découvre à chaque fois une nouvelle façon de penser à la mort. Et cette nouvelle n’y échappe pas. Par l’intermédiaire d’un homme essoufflé, l’auteur dépeint la fin de vie d’un homme, qui revoit tous ses souvenirs. Ses amis, sa famille, ses enfants, les actions qu’il a faites, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. C’est magnifiquement bien écrit, avec une métaphore grâce au coucher du soleil et le vent qui s’amenuise, tout comme la vie de l’homme. Et tout se termine avec la chute, qui ferme la nouvelle et le recueil.

CONCLUSION :  Une plume fluide, un style agréable, un vocabulaire soutenu et des univers aussi différents qu’attachants, c’est un super recueil que je conseille à tous !

La Terre des Héros

 

51vLyNoEWQL._SX195_

Auteur : Amélie Hanser

Auto-Edité

Genre : Fantastique

Prix : 13 euros (broché)

 

 

Résumé : 

C’est l’histoire d’Aleya, une jeune fille de dix-sept ans qui se réveille dans un autre monde après avoir touché un objet étrange dans les affaires de sa mère. C’est aussi celle d’un roi, assassiné par son frère jumeau. Ses souvenirs ressurgissent en Aleya, qui en apprend alors davantage sur cette terre peuplée par les descendants de héros anciens, mais également sur ses origines. Tous voient en elle celle qui débarrassera la terre du roi fratricide menaçant les autres peuples. Elle devra alors, si elle accepte ce rôle, entreprendre avec ses nouveaux amis une quête qui la fera parcourir ce nouveau monde inconnu et découvrir ses secrets et ses énigmes.

Chronique : 

La première chose qui m’a étonné dans ce roman, c’est qu’il y a deux prologues. Le premier est un poème et le second, plus traditionnel, une « mise en bouche » du roman. Et même si cela est assez inhabituel dans les romans que j’ai l’habitude de lire, c’est très bien écrit et fluide, donc on entre rapidement dans l’ambiance du roman. Qui plus est, c’est du Fantastique, donc forcément, c’est un style que je maîtrise déjà pas mal grâce à de nombreuses lectures et ma propre expérience d’auteur. C’est aussi le style dans lequel le plus de cliché reviennent (après la romance) donc il faut faire attention. Est-ce le cas de ce roman ? Je vous laisse le découvrir par vous-même !

Le prénom de l’héroïne, Aleya, est original et j’avoue que c’est un prénom assez peu commun mais très. même si j’aime tous les types de prénoms, j’avoue avoir un faible pour les prénoms bizarres que peu de gens oseraient donner à leurs enfants. La citation que je préfère est au début du roman, qui plus est : « La vie ne s’apprend pas dans les livres ». Je ne sais pas si l’auteur le pense ou non, j’en doute sérieusement, mais cela m’a fait sourire. Etant une lectrice compulsive, j’ai tellement vécu dans les romans que cela m’arrive de m’inspirer, voir de sortir telles quelles des citations de romans pour me sortir de certaines situations. J’ai appris ma vie dans les livres, si je peux le dire ainsi x)

Sinon, je trouve que l’on s’attache rapidement aux personnages et à l’Univers du roman. J’ai été envoûtée, emportée dans le roman sans même m’en rendre compte. Une fois à la fin, j’étais un peu triste de quitter cet univers qui m’a sortit de mon monde à moi l’espace de quelques heures. La plume de l’auteur m’a conquise et je suis sûre que le lire en broché ne ferait qu’appuyer cette sensation. J’ai grandis avec des romans fantastiques et fantasy et je suis heureuse d’avoir pu lire ce premier tome, espérant revoir les héros dans le second tome ! Mon personnage préféré ? Kouareï !

Retrouvez le roman ici : https://www.amazon.fr/gp/product/153311515X?ie=UTF8&tag=babelio-21&linkCode=as2&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=153311515X

 

Les Larmes de Saturne

cover

Auteur : Jérome Verne

Auto-Edité

Prix : 0,99 euros

Genre : Nouvelle Historique

 

 

 

Résumé : 

Rome, début du Ier siècle. L’homme de science Marcus a découvert une menace qui planait sur l’Empire romain. Il doit en informer l’empereur et le convaincre d’agir.

Chronique : 

Une nouvelle historique, ce n’est pas forcément ce que je lis le plus et pourtant, j’ai adoré celle-ci. La plume de l’auteur est agréable et fluide, nous plongeant dans une Rome Antique sous le joug de César. J’ai adoré le début, lorsque la suivante récite les légendes d’autrefois sur les Dieux. Etant passionnée de mythologie, je n’ai pas pu m’empêcher d’apprécier le clin d’oeil au mythe de Zeux, Gaïa et Ouranos. C’est quelque chose de très bien écrit et fluide, j’ai presque cru que c’était le thème de tout le roman !

Finalement, le côté historique m’a énormément plus, tout comme l’explication du saturnisme. J’avoue que je ne savais pas très bien ce qu’était cette maladie jusqu’à ce que je lise cette nouvelle. Les personnages sont assez attachants bien que comme c’est une nouvelle, ils n’apparaissent pas beaucoup. Mais on ressent leur émotion, le vocabulaire riche de l’auteur nous aide à entrer parfaitement dans l’histoire, ce que j’apprécie ! C’est un superbe coup de coeur pour ma part !

 

Retrouvez l’histoire ici : https://jeromeverne.fr/produit/larmes-de-saturne/

A Modern Cinderella

a-modern-cinderella-719585-264-432.jpg

Auteur : Nikki Jenkins

Auto-Edition

Prix : 9 euros en broché

Genre : Romance

 

 

 

 

 

Résumé :

Bonsoir, ici Katy Julianson en direct pour le lancement de la deuxième saison de « The Prince ». Durant sept semaines, quatorze jeunes femmes se battront bec et ongles pour obtenir les faveurs de notre gentleman célibataire. Chaque vendredi, deux d’entre elles plieront bagages à la demande de celui-ci.
Cette année, une petite nouveauté viendra pimenter l’aventure. En présence de notre célibataire, les prétendantes seront obligatoirement masquées et ne devront, sous aucun prétexte, dévoiler leur visage, sous peine d’élimination.
Laquelle gagnera le coeur de notre prince ?
En attendant de le savoir, veuillez accueillir avec moi les candidates de cette nouvelle saison.
Alec et Azalee n’auraient jamais imaginé participer à ce genre de téléréalité. Et pourtant, les voilà, en ce moment même, face à face, dans le jardin de la magnifique demeure coloniale qui sert de décor à l’émission. Pourquoi une jeune femme qui déteste être sous les feux des projecteurs a-t-elle accepté d’être filmée à longueur de journée ? Pourquoi un homme riche et sexy a-t-il besoin d’un programme de télévision pour trouver sa future femme ? Et si, au final, les enjeux n’avaient rien à voir avec l’amour ?

 

Chronique :

Étonnamment surprise je suis. En effet, connaissant mon aversion pour les romances, qui malheureusement sont à la mode et souvent bourrées de clichés, je n’étais pas forcément à 100% enthousiaste à l’idée de lire celle-ci. Mauvaise langue je suis ! En effet, l’histoire d’Alec et Azalée m’a plût. Pour une fois, le côté « télé-réalité » ne ressemble pas forcément à ceux que j’ai pu lire avant [notamment la Sélection]. Sans spoiler, il y a aussi un petit plus qui rend l’histoire bien plus intrigante ! Ayant pu lire une autre oeuvre de Nikki Jenkins, je savais à quoi m’attendre au niveau de la plume de l’auteur. Et je suis vraiment surprise du résultat de cette romance ! Loin des clichés, Azalée n’est pas une femme en carton qui s’abaisse aux avances d’un homme [hein Mademoiselle Steele ?!] et ça fait du BIEN !

J’ai adoré le personnage d’Alec. Un personnage qui a énormément de pression et qui tente de se remettre d’une déception amoureuse. Il est blessé et ennuyé par cette histoire de télé-réalité mais se prête tout de même au jeu. Il est charismatique évidemment, mais il a un côté attentif et fragile que l’on retrouve dans trop peu de personnage masculin et qui est très intéressant à exploiter. J’aime la manière dont ses sentiments évoluent au fil du roman et j’ai même eu très peur vers la fin, je vous laisse découvrir pourquoi ! Alec est un très beau prince en tout cas, le genre de prince que j’aimerai avoir comme petit-ami, c’est clair !

Azalée est un personnage intéressant, heureusement c’est le personnage principal. J’aime sa manière de réagir et sa fragilité vis-à-vis de son passé. Comme Alec, sa rupture amoureuse n’a pas fini de la hanté mais je trouve qu’elle est vraiment attachante, drôle et pleine de vie. On suit ses déboires avec envie et on ne lâche le roman qu’à la toute fin ! D’ailleurs, la fin m’a fait pensée à celle d’un film, « Accidentally Engaged » donc je n’ai pas eu de mal à imaginer la suite ! Les deux personnages évoluent énormément, que ça soit psychologiquement ou professionnellement jusqu’à se rendre qu’il y a des limites à ne pas franchir.Même si, je crois qu’au fond, le personnage qui a toute ma sympathie, c’est Justin, le meilleur ami d’Alec, car sa seule volonté c’est de rendre son ami heureux.

 

Voilà pour ce roman, que je vous encourage vivement à découvrir ! Vous pouvez le trouver ici : https://www.amazon.fr/modern-Cinderella-Nikki-Jenkins-ebook/dp/B01G21J9K2 !

Bisous, Tiger’s !