Planète Verte

 

planèteverte

Auteur : Marcus Hönig

Auto-Edité

Genre : Contemporain

Prix : 11, 61 (broché)

 

 

Résumé : 

Planète Verte est le projet impossible porté par la Présidente de la République d’extrême droite Marion Seillard pour sauver le pays.
C’est le début du naufrage politique moderne.
Une aventure qui se joue dans l’amitié, l’amour, la naïveté et la joie d’être ensemble.
Un roman court à l’issue imprévisible, comme le monde complexe dans lequel nous vivons.

Seul avec son petit garçon, l’existence du jeune papa Marco tourne en rond.
Un courrier de la banque va le projeter dans les bras de la vie où l’attendent ces plus beaux rêves et ses pires cauchemars. A ses côtés, Tania, douce et riante dans sa robe d’été, la petite Louise, Tomate, le cadeau d’anniversaire, et le Chef, patron à la dérive. Ils connaîtront, ensemble, un itinéraire des plus déjantés.
Mais la vision dans l’abîme de l’humanité ne leur sera pas épargnée.
Qu’est-ce qui arrêtera la belle Marion Seillard (personnage inspiré par l’actuelle benjamine de l’Assemblée nationale) ?
Le roman est une projection dans l’avenir proche. L’extrême droite est au pouvoir en France depuis une décennie, les crises internationales sont plus vives que jamais, le climat est devenu une menace pour l’indépendance alimentaire du pays, la banque prospère sur le désordre.
Pourvu que l’histoire ne décide pas, à la fin, d’être comme le pouvoir : quelquefois tragiquement bête.

 

Chronique : 

Je suis très loin des sentiers battus aujourd’hui, puisque c’est un roman « politique » que j’analyse aujourd’hui. Même si, à mon âge, la politique, « heu…. » hein ? J’avoue que j’étais assez dubitative face à ce nouveau challenge, mais vu que j’adore les défis, je l’ai lu. D’une seule traite, sans le lâcher, pour rester dans le rythme. Et ça n’a pas été vraiment difficile… La plume de l’auteur nous emporte avec son texte et je n’ai pas vu le temps passer ! Un roman qui se passe à notre époque, dans notre monde, sans l’embellir ni le rendre moche. Un portrait de nous-même… et une projection dans le futur aussi. Mais on suit parfaitement l’histoire de Marco et Tania.

J’ai bien aimé les personnages dès le début, Marco et Gwen. Ils ont côtés attachants, très terre-à-terre, j’avais l’impression d’être moi-même Gwen et pourtant, il est fictif et moi pas. C’est important pour un lecteur d’être investi avec le personnage et c’est réussi dans ce roman ! Bon, vu que Gwen est un enfant et moi pas, il y a une différence ! Mais cela prouve encore une fois la force de la plume de l’auteur : elle parvient à nous rappeler des souvenirs d’enfance ! Mon personnage préféré est sûrement Marco tout de même, par son côté « Monsieur tout le monde » justement. Il se nomme Marco, mais il aurait pu être n’importe qui et l’histoire marchait aussi !

Franchement, ce n’est pas forcément un roman pour un très jeune public. Mais même moi, à dix-huit ans, j’ai réussi à le lire sans aucune peine ! L’histoire est fluide, agréable, pleine de rebondissements et de petits passages drôles. Une vraie bulle de bonne humeur, à lire d’urgence 😀 !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s